Accueil Chefs Edouard Loubet vend Capelongue

Edouard Loubet vend Capelongue

by Anne Garabedian

Edouard Loubet a pris la décision de vendre Bonnieux et Lourmarin et part rejoindre Isabelle à la montagne. Il passera la main fin septembre. Finis les allers-retours entre le Luberon et la Savoie !

Edouard Loubet n’avait jamais choisi entre Provence et montagne. Et il n’était pas simple pour le couple de jongler depuis 30 ans entre Capelongue à Bonnieux (le restaurant gastronomique deux étoiles et la Bergerie créée juste en face), le Moulin de Lourmarin, et d’autre part la Savoie, les chalets de La Croix-Fry d’Isabelle Loubet à la Clusaz et l’Alpette à Megève. Ces deux-là ont trois enfants et chaque année, Edouard laissait partir Isabelle pour rejoindre les chalets familiaux pour la saison. 

« Doudou la flèche » 

Au ski, il ne craint personne. Quand il était petit, ses copains l’appelaient « Doudou la flèche » car pas un seul ne pouvait rivaliser. C’est toujours le cas sur les pistes de Megève lors du Challenge des Chefs chaque hiver, d’ailleurs. Oui, la montagne est son élément et il est logique qu’il y retourne pour la suite.  Mais qu’il était bon de goûter le Loubet du Sud, avec cette façon dont Edouard a transposé la cuisine des herbes de montagnes aux parfums du Luberon.  

Il va nous manquer à Bonnieux. Mais s’ils sont heureux de le faire, nous sommes heureux pour eux. 

Nous irons où ils seront.

Edouard ajoute que de nombreux projets sont en train de naître dans cette nouvelle vie, qu’il annoncera au fur et à mesure sur les réseaux sociaux : n’hésitez pas à le suivre sur Instagram et Facebook.

Pour ne rien toucher à l’expression d’Edouard qui explique parfaitement son état d’esprit, voici le lien vers sa publication sur Facebook de ce jour : https://www.facebook.com/didi.loubet.3/posts/322119315810780

« Bonjour à tous les amis, clients et tous les copains de la profession. 30 ans déjà d’aller-retours entre Lourmarin et Val Thorens puis entre Bonnieux et Manigod à la création du Domaine de Capelongue !
Après deux années de réflexion, j’ai pris la décision de vendre mes Maisons de Bonnieux et Lourmarin. Ma seule motivation est de me rapprocher de ma famille de me femme Isabelle et de ma Savoie natale.
La COVID n’y est pour rien et les Maisons Édouard Loubet se portent très bien au meilleur de leurs formes avec de beau actifs.
Je ne raccroche d’ailleurs pas mon tablier : j’ai de nouveaux projets et toujours l’envie de cuisiner dans une quête d’excellence, de gourmandise et de naturalité.
Je veux également continuer à transmettre par le biais de consulting, et me consacrer à la confection de mes vins.

Je souhaite avant tout être présent pour mes enfants, les accompagner et les guider dans leurs projets d’avenir. Un groupe géré par une équipe jeune et dynamique reprend les Maisons avec la volonté de garder la même éthique de travail.
J’ai bien veillé à vous laisser, ainsi que mes collaborateurs, entre de bonnes mains.
J’exerce un métier de passion et une passion ne s’arrête pas.
Je reprends la route de la montagne pour de nouvelles aventures et vous invite à continuer à me suivre pour être informé de mon actualité. Je passerai la main fin Septembre.
D’ici là, je vous attends nombreux pour de derniers bons moments ensemble dans les Maisons Édouard Loubet. Amitiés gourmandes »
Édouard Loubet

A lire également :

La cuisine de Montagne (Edouard Loubet à l’Alpette) :

https://lecoeurdeschefs.com/de-megeve-a-uriage/

Et « La Sagesse d’Edouard » (2018) où Loubet donnait son impression sur l’évolution de la cérémonie du Michelin ces dernières années : 

https://lecoeurdeschefs.com/la-sagesse-d-edouard/

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

3 × trois =