Accueil Actualités Réflexion : Recruter et retenir

Réflexion : Recruter et retenir

by Anne Garabedian

Lors de la Convention annuelle des Collectionneurs en novembre dernier, Carole Pourchet, Directrice Générale, a mis le doigt sur un os. On sait qu’il est difficile de recruter des collaborateurs dans les métiers de l’hôtellerie-restauration, mais le souci est plus profond : on ne sait pas les retenir.

Les échecs à six mois…

Face aux échecs des annonces d’emploi dans notre secteur, Job Jospitality est allé creuser le sujet et Carole Pourchet nous en fait un résumé incisif : « Peu de candidats répondent aux annonces, c’est vrai. Mais le souci n’est pas uniquement là : quand il y a embauche effective suite à un placement de cabinet de recrutement, on observe qu’un tiers des nouveaux entrants partent de l’entreprise au bout de six mois. 

Conclusion : Au-delà de la communication mise en place par les établissements pour attirer les talents, il faut savoir les retenir. » 

Les garder dans le réseau 

Carole Pourchet encourage les membres du réseau à partager leurs CV, pour créer un vivier commun et le faire circuler : « Entre établissements Les Collectionneurs, vous n’êtes pas en concurrence, mais en collaboration au sein du réseau. »

L’agilité des indépendants

 « Vous n’échapperez pas à l’amélioration de la qualité de vie au travail dans vos maisons, dans ces métiers qui ont subi le choc du confinement », explique Xavier Alberti. « Il faut être inventif. C’est l’avantage de l’indépendant d’avoir ce jeu de jambes qui donne l’agilité. Et quand on partage, on est plus fort : le tout est toujours supérieur à la somme des parties. »

« La qualité de nos ressources humaines reflète la santé de nos entreprises. »

Xavier Alberti, Majorian

« Challengez-nous !« 

Carole Pourchet conclue la convention 2022 en gardant cette ligne claire de l’accompagnement des établissements dans leurs problématiques : Pour chaque sujet, Les Collectionneurs ont voulu répondre avec des actions concrètes et compte bien poursuivre dans cette voie du soutien : « Challengez-nous ! N’hésitez pas à nous faire remonter vos besoins. C’est comme ça qu’on s’enrichit et que nos outils seront plus performants pour tous. »

Le Label Peace and Work

Les difficultés de recrutement et le turn-over incessant des salariés de l’hôtellerie restauration depuis ces dernières années ont mené a de nombreuses remises en question et des débats sur cette thématique animent chaque année les réunions de la profession. Le label Peace un Work est un outil commun permettant de se remettre en question, de se situer, de s’améliorer et de faire reconnaitre ses efforts.

Un outil commun et constructif

L’audit est rempli en ligne de manière anonyme. En trente-deux questions, il aborde cinq thématiques : Culture d’entreprise, cohésion d’équipe, fierté d’appartenance, conditions de travail et équité. Le résultat de l’audit en pourcentages inclut les commentaires des participants, le but étant d’obtenir une photo à l’instant T du regard posé par les collaborateurs sur l’entreprise.

Un endroit où il fait bon vivre 

Parmi les établissements qui se sont engagés dans la labellisation Peace and Work, La Bastide de Moustiers : « Je voulais savoir où on se situait, obtenir une photo de notre établissement à l’instant T », confie Sarah Chailan, Directrice Générale. « Il y a d’abord eu un audit anonyme, en parfaite équité, puis un rapport complet a été présenté aux collaborateurs. Selon les résultats, on obtient une distinction d’or, d’argent ou de bronze, et nous avons obtenu le Label Or. Nous nous appliquons depuis à relever chaque point d’amélioration mis en exergue par l’audit. »

« Les attentes d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’il y a vingt ans. Si prendre soin de leur qualité de vie au travail est important, il faut surtout avoir une attention particulière envers chacun. La considération des collaborateurs est le premier palier de l’expérience employeur »

« Être manager, c’est avoir une vision à 360° et dans des établissements qui accueillent des clients sept jours sur sept, et parfois 365 jours par an. Cela fait beaucoup ! On ne peut pas être parfait mais quand on est dans cette démarche, on tente chaque jour d’être meilleur que la veille. »  

Sarah Chailan, Label Or du Label Peace and Work à La Bastide de Moustier

A lire également :

« Le Label Peace and Work », témoignage de Sarah Chailan à la Bastide de Moustiers, à lire dans Le Cœur des Chefs Numéro 13. 

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

cinq × quatre =