Accueil Actualités 50’s Best Talks Paris : les vrais points à retenir

50’s Best Talks Paris : les vrais points à retenir

by Anne Garabedian
Lors des 50’s Best Talks qui ont eu lieu lundi 16 septembre à Paris, certains se sont enflammés quelques minutes sur le débat « où sont les femmes ». Ceux qui n’y étaient pas pourraient croire, en cherchant les compte-rendus sur les réseaux sociaux ou la presse, que c’est le seul résumé à faire de l’événement. C’est dommage d’ignorer les contenus capitaux des intervenants qui sont du coup passés inaperçus. Mauro Colagreco, Manu Buffara et Dan Barber étaient bien là, et avec Le Coeur des Chefs, ce sont plutôt ces éléments constructifs que nous voulons mettre en avant, voyez ?
Sur la scène, 3 temps importants :

Mauro Colagreco a vraiment incarné à lui seul le thème de cette première édition française des 50’s Best Talks, (la cuisine sans frontières), puis Manu Buffara (restaurant Manu à Curitiba au Brésil), a attribué à la cuisine ce rôle capital de connexion entre les hommes et leur terre, et enfin Dan Barber (Blue Hill, au nord de New York), nous a alerté sur l’uniformisation à outrance des salades à perte de vue aux USA, même saveur, même couleur. La table ronde était prometteuse (Alléno, Passard, Meder, Grebaut et Colagreco), mais n’a pas eu les relances et l’espace qu’elle méritait.

Mauro Colagreco fait mieux qu’abolir les frontières : il met tout le monde d’accord.
A elle seule, la prise de parole de Mauro, longue et travaillée, méritait de venir sur l’événement. Morceaux choisis  :
« Je suis italien, je suis argentin, je suis français. Comme disait le poète libanais Khalil Gibran, « la terre est ma patrie et l’humanité est ma famille ». Ma tante est partie d’Italie avec une petite valise dans une main et une branche de figuier dans l’autre, a traversé l’Atlantique avec beaucoup d’espoir et de courage, et ce figuier a pris racine en Argentine. Je ne m’interdis rien, ma cuisine est sans frontières et sans limites. Avec mon équipe, nous nous donnons une liberté absolue de créer avec toutes les influences du monde, tout en préservant les variétés anciennes du territoire où l’on se trouve, ce lien entre la semence et l’assiette. Il y a comme un fil qui rythme toute la vie, c’est cette envie de rencontre et de partage. Manger ensemble est une communion, cuisiner c’est aller vers l’autre. Avec la cuisine, les terroirs ne sont pas dessinés sur des cartes mais imprimés dans nos cœurs. »
 
Le prochain 50’s Best annoncé
Rv est pris pour le 2 juin 2020 à Anvers (Flandres, Belgique), pour la liste 2020 des meilleurs restaurants du Monde.
 
#lecoeurdeschefs #50besttalks #maurocolagreco #mirazur #fiftybest #danbarber #manubuffara #theworlds50bestrestaurants2019 #lecoeurdeschefs #gastronomy #helenepietrini #curitiba #bluehill 

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire