Accueil Actualités BRAGARD : À la conquête du monde

BRAGARD : À la conquête du monde

by Anne Garabedian

Lors du Chefs World Summit à Monaco, Guy Bœuf présente le bouton cousu main dans les Vosges : « Cela prend 3 minutes et 40 secondes d’en coudre un et il y en a douze sur chaque veste Grand Chef. Il est là, notre savoir-faire ! »

Guy Bœuf annonce la nouvelle dénomination du groupe : « Bragard Group SAS ». L’entreprise mondiale Chef Works a remplacé les précédents investisseurs suédois aux côtés de la société vosgienne et cette stratégie financière a permis de ramener l’ensemble de la société sous le pavillon Bragard. Son Président Directeur Général nous explique les opportunités et les enjeux de cette opération qui préserve son indépendance tout en développant encore l’ouverture à l’international.

Les enjeux des années à venir

« Nous étions déjà présents à l’International mais Chef Works est particulièrement présente aux Etats-Unis et au Royaume-Uni : c’est pour nous une opportunité d’assurer une couverture complète du globe. Mais surtout, ils n’avaient pas jusqu’ici de marque haut de gamme dans leur catalogue : c’est chose faite avec Bragard. De plus, nous travaillons parfois les mêmes matières premières et nous associer pour certains achats auprès des fournisseurs de tissus sera bénéfique pour tout le monde. Nous allons également doubler nos capacités de stockage à Epinal et en Tunisie. »

Indépendants depuis 80 ans

« Nous ne sommes pas dans une situation où des actionnaires ont racheté une entreprise pour en prendre le contrôle, mais dans le cas de figure classique d’actionnaires investisseurs qui placent un capital dans une société et en attendent des dividendes », explique Guy Bœuf. « La holding précédente à laquelle Bragard était attachée depuis 2007 (Kwintet, un fond d’investissement suédois) a été remplacée par Chef Works (marque mondiale de vêtements professionnels spécialisée dans la restauration). Ce qui change, c’est d’une part que les actionnaires qui siègent à notre conseil de surveillance ne sont plus suédois mais anglais et américains, et d’autre part que Bragard va avoir plus de moyens pour poursuivre son développement. J’ai souhaité à l’occasion de cette recapitalisation que l’on modifie le nom du groupe (aujourd’hui Bragard Group SAS) et j’en suis le PDG. Cela ne change rien à mon reporting au conseil de surveillance, qui reste un reporting financier et non un reporting opérationnel : Bragard garde son nom, son identité, son personnel et son indépendance. Et se développe. »

Le savoir-faire

« Les tissus, notamment ceux de la nouvelle marque STUDIO B, sont tissés, anoblis et blanchis dans les Vosges. D’autres matières peuvent également provenir d’Allemagne et d’Italie. Les produits sont créés à Epinal : les prototypes sortent de notre bureau d’études et toutes les broderies sont faites ici. Les vestes « Bragard Couture » et les modèles sur-mesure créés avec les chefs sont entièrement produits à Epinal. Nous avons également des postes de production en Tunisie car il y a là- bas un savoir-faire intéressant pour certaines gammes. »

Bragard est une femme

« C’est une réalité chez nous : Dans l’entreprise nous sommes à une parité exemplaire (50 % de femmes pour 50% d’hommes) mais dans le comité de direction, nous sommes sept dont cinq femmes. Et quand les nouveaux actionnaires sont venus nous visiter à Epinal, ils se sont aperçus que notre équipe de management comptait douze femmes sur quatorze membres. Nous sommes fiers de notre gamme très variée de vestes femmes pour accompagner toutes les cheffes quelque-soit leur style et nous lançons ce printemps un trophée « Prix de la Cheffe Parisienne Figaroscope-Bragard ».

www.bragard.com

#bragard #chefs #cuisine #guyboeuf

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire