Accueil Actualités Parution du numéro 10 : Edito !

Parution du numéro 10 : Edito !

by Preschey Marilou

Avec vous, on ne voit pas le temps passer ! 

Cinq ans, déjà ? C’est peut-être un détail pour vous, mais pour nous cela veut dire beaucoup.
Cela signifie :
Qu’on a bien fait de s’accrocher, déjà ! 
Qu’Arnaud Donckele a vu juste quand il nous a poussés à créer notre propre support.
Que la liberté et l’indépendance sont nécessaires pour créer un média qui ne ressemble à aucun autre.

Votre soutien 

C’est l’occasion pour nous de remercier notre équipe (Marilou et Jacques) et tous ceux qui nous ont fait confiance, en nous ouvrant leurs portes et leur cœur, se sont livrés sans retenue, nous soutiennent en s’abonnant et en tissant avec nous des liens solides de partenariats durables. Tous, à leur niveau, s’impliquent à nos côtés pour cette même vision d’une gastronomie pétrie de valeurs et de réflexions, d’émotion, d’affection et de sincérité. Même si cela ne reflète qu’une partie de ce petit monde (et c’est celle-ci que nous avons choisie de suivre), ce n’est pas une illusion : nous le vivons chaque jour. 

Ça part de là 

Les artisans, producteurs, vignerons et cuisiniers que nous mettons à l’honneur sont tous très différents, certains sont des ours et d’autres de grands communicants. On les aime tous. Le mode d’emploi n’a rien à voir de l’un à l’autre, on adapte notre approche puisqu’on se fond dans leur univers. Mais tous ont en commun une vraie passion de leur métier. 

Le luxe de ce métier, c’est le temps 

Il n’y a pas de secret. Pour bien les connaître, il faut passer du temps avec eux. Pour aller au fond des choses, on ne peut pas survoler nos sujets. Si nous n’avions pas passé plusieurs jours chez eux, nous n’aurions pas pu sentir à quel point la transmission était importante pour Frédéric Doucet, nous n’aurions pas été émus par cette main de Laurence posée sur le bras de Philippe Girardon, ni vécu de l’intérieur la complicité de Vincent Maillard avec ses piliers de Lily of the Valley.

La confiance engendre la liberté 

Nous n’aurions pas passé la porte d’Adrien Pautonnier, notre éleveur de Charolles, sans que Frédéric Doucet nous y invite et le rassure sur nos intentions. Sans ces liens tissés au fil des années, nous n’aurions pas pu être à ce point libres dans la cuisine de Valence. Il fallait, en se faisant oublier, saisir ce regard au passe entre Anne-Sophie Pic et David Sinapian puis se poser avec eux pour recueillir leur mode d’emploi de couple et partager cet éclat de rire avec Anne-Sophie quand David nous raconte Shanghaï… Et sans cette confiance, impossible de se glisser dans les cuisines des Prés d’Eugénie afin de recueillir en toute intimité les paroles de sagesse de Michel Guérard qui préface ce dixième numéro. 

On a tenu bon, droits dans nos bottes et fidèles à notre ligne.
Grâce à vous, on grandit, mais sans perdre notre âme. 

Anne et Jean-Philippe Garabedian

Cet article est en accès libre. Pour recevoir le magazine papier, avoir accès à l’ensemble du site, aux inédits des reportages et au feuilletage en ligne, abonnez-vous au Cœur des Chefs. Pour les équipes, un abonnement « Brigade » est disponible. Rendez-vous ici !

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire