Accueil Chefs Michel Bras nous remet à l’endroit

Michel Bras nous remet à l’endroit

by Anne Garabedian

Michel bras reste un fils de forgeron aujourd’hui en plénitude. En quelques mots, en quelques anecdotes, il replace les choses essentielles au centre du jeu. Sur la scène d’Omnivore, il nous raconte les réactions du métier quand ils ont choisi de ramer à l’envers. La famille Bras n’en avait que faire : au Suquet, tout le personnel participe à la cueillette du matin.

« À l’époque avec mon épouse, nous avions une forme d’inconscience et d’insouciance. Nous n’avions que faire de ce qui pouvait se dire et nous sommes allés jusqu’au bout. Cuisiner, ce n’est pas un métier, c’est une passion, un jeu, un moyen d’expression du partage et de l’esthétique. Aujourd’hui plus que jamais, je me sens totalement en phase avec votre génération et je suis admiratif de cette jeunesse qui se débride. Mais je voudrais en profiter pour leur faire passer ce message : gardez votre identité, ce sera votre force. Si vous faites la course au réseau ou aux constellations, vous avez tout faux et vous allez-vous griller. »

Michel Bras, Omnivore Septembre 2021

Inspiration

« Pendant que je cours sur l’Aubrac, je suis en lévitation dans d’autres sphères, en pleine réflexion. Ce paysage, c’est mon inspiration. J’ai voulu poser des mots sur les ondulations vertes du paysage. J’ai traduit mon intime, le plateau d’Aubrac : une lotte nacrée pour les nuages et leur ombre portée sur les reliefs. Le peintre a sa toile, le musicien a sa portée. Nous, cuisiniers, nous avons tout cela et en prime nous avons le bonheur des gens. Cuisinier ce n’est pas un métier, c’est une passion. Pour des gens comme Pierre Gagnaire ou moi, c’est un jeu et un moyen d’expression. Un outil de partage. »

L’amour des ciels tourmentés

« Quand nous avons fait cette construction contemporaine, nous sommes passés pour des demeurés. Nous avons pris des risques avec mon épouse, nous avions besoin de forces vives et heureusement Sébastien nous a rejoints. Je me souviens qu’en 1993, la direction des Relais&Châteaux de l’époque nous avait rejetés en estimant que le bâtiment était trop moderne. On accompagnait notre communication d’images de ciels tourmentés gris anthracite, comme je les aime. Mais cela ne collait pas avec les ciel bleu azur des grandes maisons. On leur a répondu qu’ils devaient nous prendre comme nous étions, avec nos spécificités.« 

« Chez nous, avoir toujours un Laguiole sur soi est une tradition. Au Suquet, utiliser ce même couteau et ne pas en changer pendant le temps du repas était avant-gardiste. »

MICHEL BRAS, OMNIVORE SEPTEMBRE 2021

#lecoeurdeschefs #michelbras #omnivore #lesuquet #laguiole #sebastienbras 

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire