Accueil Actualités Réouverture des restaurants : on y est presque

Réouverture des restaurants : on y est presque

by Anne Garabedian

Ces dernières semaines ont été éprouvantes. Au-delà des difficultés, le sentiment de ne pas pouvoir se projeter a été difficile. Depuis hier, les vannes émotives des cuisiniers de France s’ouvrent : ils ont une date, ils peuvent se préparer, rappeler les équipes et se mettre en ordre de marche. Il ne faudra pas oublier, dans l’euphorie du moment, trois petites choses : 8 départements sont encore dans le rouge, les jauges seront adaptées, et le recrutement est difficile. Bref, c’est pas gagné…

L’espoir mais la vigilance 

On espère que toute la France pourra commencer son déconfinement le 19 mai, mais le Président a indiqué lors de son entretien à la presse régionale que « les freins d’urgence » pourraient être actionnés dans les départements où le virus circule trop. A ce jour, les conditions ne sont pas réunies en Ile-de-France ni dans les Bouches-du-Rhône.

Faisons simple, faisons synthétique 

Vous trouverez ci-dessous les principales étapes de réouverture des restaurants telles qu’elles ont été présentées par Emmanuel Macron à la presse régionale.

19 mai, les terrasses et 9 juin, les bars et restaurants (Réouvertures conditionnées au respect des jauges et protocoles adaptés à chaque lieu et activité).

Juste avant de partager ce calendrier ci-dessous, juste une précision : ces mesures sont nationales, et le Président a « bon espoir que la France entière pourra passer à l’étape du 19 mai ». 

Bouches-du-Rhône et Paris encore dans le rouge

Mais des « freins d’urgence » sanitaires pourront être actionnés dans les territoires où le virus circulerait trop. À l’heure actuelle, il y a huit départements dans lesquels le virus dépasse les 400 cas pour 100 000 habitants, situés pour la plupart en Ile de France. Le département des Bouches du Rhône est également dans le rouge avec 476 cas par jour. 

Au-delà du nombre de cas, les autorités prendront en compte une éventuelle augmentation brutale du nombre de cas et la saturation des services de réanimation pour prendre la décision de bloquer les réouvertures. 

Un soulagement partagé par tous

Ces dernières semaines ont été éprouvantes. Au-delà des difficultés, le sentiment de ne pas pouvoir se projeter a été difficile. Depuis hier, les vannes émotives des cuisiniers de France s’ouvrent : ils ont une date, ils peuvent se préparer, rappeler les équipes et se mettre en ordre de marche. Il ne faudra pas oublier, dans l’euphorie du moment, trois petites choses :

  • 1/ A ce jour, Paris et les Bouches-du-Rhône sont encore dans le rouge sur la circulation du virus : si on manque de vigilance dans les gestes barrières et que les taux ne baissent pas, on pourrait bien retarder les réouvertures dans ces 8 départements. Ce serait ballot…
  • 2/ Les jauges et les modalités d’ouverture seront adaptées selon les lieux et les activités. Donc ceux qui ont des petites salles risquent de patienter avant de reprendre une vie normale. On ne sera pas en open-bar tout de suite.
  • 3/ La difficulté du moment, c’est le recrutement : tous cherchent du personnel. Les membres des brigades ne répondent pas toujours présent quand les établissements les rappellent. À quoi bon ouvrir en grand si on n’a pas l’équipe au complet ? Il faut réorganiser l’activité avec une brigade réduite, en se préparant à l’appel d’air que l’on a connu l’été dernier : le clients seront là, comment les accueillir de manière qualitative avec moins de personnel que l’an dernier ?

Le calendrier en bref

19 mai : ouverture des terrasses, couvre-feu à 21H00

9 juin : Ouverture des bars et restaurants, couvre-feu à 23H00

30 juin : fin du couvre-feu.

Notre image d’ouverture : la terrasse de La Magdeleine, chez Mathias Dandine (les Collectionneurs) à Gémenos (13)

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire