Accueil Actualités Une « Chaîne de Chefs » en arrière-pays niçois

Une « Chaîne de Chefs » en arrière-pays niçois

by Anne Garabedian

Les cuisiniers du Sud-Est se mobilisent pour la Vallée de la Vésubie. Dans l’urgence d’une situation dramatique, les chefs ont eu l’idée la plus simple qui soit, celle de cuisiner pour ceux qui sont là-bas et qui n’ont plus rien. Une « Chaîne de Chefs » s’est formée : les liens partent de chaque cuisine, se tissent sur la route et se rejoignent sur place, auprès de la population sinistrée.

Chacun y a pensé et tous se sont appelés. Voilà la force de la profession : ces cuisiniers sont liés, intimement, par des valeurs partagées. Et ils ont parfois les mêmes idées au même moment… Mauro Colagreco (Le Mirazur, Menton) et Christophe Bacquié (Hôtel du Castellet) ont tous les deux cherché des solutions pour venir en aide à ceux qui ont subi les crues dévastatrices de l’arrière-pays niçois. Leur décision était déjà prise : ils savaient qu’ils allaient cuisiner pour la population sinistrée et les bénévoles. Mais ils se demandaient juste comment acheminer leurs plats : comment être sûr que la nourriture arriverait à bon port ?

SOS Logistique !

Pour trouver des solutions, ensemble on est plus fort. Mauro et Christophe ont donc appelé, le même soir et à la même heure, leur ami Philippe Joannes (Société des Bains de Mer, Monaco). Philippe a donc trouvé leurs deux messages sur son répondeur et les a rappelés à la suite l’un de l’autre. «Ils savaient que sur la logistique, je pouvais donner un coup de main. Nous étions trois, nous sommes mis en quatre, chacun a appelé un copain et maintenant nous sommes 30… Du coup, cela devient très compliqué à organiser dans un temps si court. Nous avons demandé à nos fournisseurs de nous aider et ils ont tous joué le jeu, soit pour les produits soit pour le transport. Nous les remercions chaleureusement, nous pouvions vraiment compter sur eux. Et là, je crois qu’on tient le bon bout. Ça ne va pas être de la tarte mais on va y arriver… »

« On a bien fait d’appeler Philippe Joannes. La preuve : c’est le seul capable de nous trouver deux camions de 19 tonnes en une journée… On ne peut pas rester insensible à ces tragédies. Nous nous sommes demandés comment, à travers notre métier et très modestement, nous pouvions aider en cuisinant pour la population et pour les bénévoles. » 

Christophe Bacquié

Un réseau solidaire de cuisiniers

« Notre profession est forte de ses valeurs solidaires. En quelques coups de fils nous étions déjà 30, et uniquement du Sud-Est parce qu’il fallait aller vite. Mais on aurait pu appeler toute la France, je sais qu’ils auraient tous marché avec nous. Je n’ai aucun doute là-dessus », affirme Christophe Bacquié. 

Les participants : (Cuisiniers, pâtissiers, boulangers…)

Christophe Bacquié (Hôtel du Castellet), Virginie Basselot (Le Chantecler, Hôtel Negresco, Nice), Jean-François Bérard (Hostellerie Bérard, La Cadière d’Azur), Cédric Campanella (Chef Pâtissier Société des Bains de Mer à Monaco), Mauro Colagreco (Le Mirazur, Menton), Jérémy  Czaplicki (Hôtel Ile Rousse, Bandol), Mathias Dandine (La Magdeleine, Gémenos), Julien Diaz (Saisons à Marseille), Arnaud Donckele (Cheval Blanc St Tropez), Noëlle et David Faure (SensOriel, Nice), Arnaud Faye (La Chèvre d’Or, Eze), Michel Hulin (La Cabro, Baumanière, Les Baux-de-Provence), Philippe Joannes (Société des Bains de Mer Monaco), Franck Lafon (Café de Paris à Monaco),  Alain Llorca (Saint Paul de Vence), Stéphane Lelièvre (Les Pins Penchés, Toulon), Lionel Lévy (Alcyone, Intercontinental Hôtel-Dieu, Marseille), Dominique Lory ( Le Louis XV Alain Ducasse, Monaco), Jacques Maximin (Chef consultant), Gérald Passédat (le Petit Nice, Marseille),  Nicolas Pierantoni (L’Hostellerie de l’Abbaye de la Celle), Michel Portos (Chef consultant), Patrick Raingeard (Le Cap Estel, Eze), Frédéric Ramos (L’Azzurra Kitchen, Monte Carlo), Marcel Ravin (Blue Bay, Monaco), Fanny Rey, (L’auberge de St Rémy, St Rémy de Provence), Julien Roucheteau (La Réserve de Beaulieu), Richard Rubbini (Le Sporting, SBM, Monaco), Guillaume Sourrieu (L’Epuisette, Marseille), Thomas Subrin (Chef Boulanger SBM, Monaco), Ken Thomas (Chef pâtissier, SBM, Monaco), Ludovic Turac (Une Table au Sud, Marseille), Glenn Viel (L’Oustau de Baumanière)…

Concrètement :

Chacun va cuisiner pour 100 personnes une entrée, un plat ou un dessert (et les boulangers feront du pain). Chaque plat sera conditionné en barquette. Jeudi 15 octobre, les camions frigorifiques prêtés gracieusement par les partenaires de l’opération (et notamment l’entreprise Balicco) partiront d’Aix et de Nice pour se rendre chez chaque chef participant puis se donneront rendez-vous vendredi à Nice au Palais Nikaïa. De là partiront les 3000 plats à destination de la population sinistrée et des bénévoles qui sont à leurs côtés. Le choix du transport (camions ou hélicoptères) dépendra à la fois du volume à transporter mais également de l’accessibilité des lieux à ravitailler. La livraison s’effectuera vendredi 16 octobre sur place.

Les témoignages des chefs du Sud :

« Nous voulons seulement donner un peu de réconfort aux gens dans cette période catastrophique afin de leur dire de garder courage.» 

Julien Roucheteau et l’équipe de la Réserve

« Enfant de Tende et de la vallée de la Roya, il me semblait nécessaire et important d’apporter mon soutien et mon affection aux habitants de cette vallée qui m’a tant donnée, sans oublier les vallées voisines de la Vésubie et de la Tinée. Par cette action, j’espère apporter du réconfort et de la chaleur à toutes ces personnes touchées dans leur chair et dans leur cœur. Je suis Tende, je suis la Roya, la Vésubie, la Tinée ! » 

Franck Lafon, Café de Paris Monte-Carlo

« Un peu de douceur pour réchauffer les cœurs de l’arrière-pays » 

Patrick Raingeard, Le Cap Estel, Eze.

« Nous sommes totalement solidaires de la catastrophe naturelle et humaine de la vallée de la Vésubie. Des parties de villages rasées, des habitants et des sauveteurs disparus, des infrastructures détruites et inutilisables. Toute une partie de la population coupée du reste du monde : La solidarité et l’entraide doivent être une priorité sans frontières. » 

Julien Diaz, Saisons, Marseille.


« Nous devons être présents et solidaires afin d’apporter un peu de réconfort aux habitants de Saint Martin de Vésubie et des villages alentours …Il était important pour nous de confectionner un plat et de se joindre à cette chaîne de solidarité car nous sommes tous affectés par ce tragique événement. En tant que cuisiniers, nous devions agir ! C’est notre modeste contribution afin de leur donner un peu de plaisir. Partage et générosité sont l’essence même de notre métier. » 

Michel Portos et les Jardins du Cloître à Marseille.

« Enfant de la Vésubie, je réponds à l’urgence de la situation pour venir en aide aux sinistrés du haut pays Niçois, si durement touchés par la tempête Alex. Je me joins ainsi que toutes les équipes du Monte Carlo Sporting à l’entraide déjà mise en place depuis plusieurs jours. Nous espérons ainsi apporter un peu de réconfort à tous nos amis et aux familles des vallées. » 

Richard Rubbini, le Sporting, Monte-Carlo – SBM.

« Nous sommes totalement solidaires dans l’épreuve que traversent les habitants de nos vallées sinistrées » 

Arnaud Faye, La Chèvre d’Or, Eze.

« En ces périodes compliquées, il est important de se montrer solidaire et encore plus après le drame que les Niçois ont vécu. Les ravages qui ont dévasté cette magnifique région vont mettre longtemps à s’effacer. Si nous pouvons mettre un peu de baume au coeur des habitants en les aidant à notre manière alors il ne faut pas hésiter une seconde. Pour que Nice redevienne « Nissa la Bella ». 

Lionel Lévy, Intercontinental Hôtel Dieu de Marseille.

#chainedechefs #vesubie #roya #tinée #tempetealex #arrierepaysnicois #alpesmaritimes 

Contact : Philippe Joannes : p.Joannes@sbm.mc

N’en perdez plus une miette ! Abonnez-vous au magazine Le Cœur des Chefs… Rendez-vous ici !

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire