Accueil Actualités Frais d’inscription MOF : Deux petites lignes qui rassurent, ou pas…

Frais d’inscription MOF : Deux petites lignes qui rassurent, ou pas…

by Anne Garabedian

Les candidats devraient-ils payer 5000 euros de frais d’inscription au MOF ? Ils ont déjà réglé leurs 200 euros lors de leur enregistrement et il semble qu’ils puissent pouvoir passer le concours sans rien régler de plus. Et il y a en effet deux petites lignes sur le site du COET-MOF qui rassurent : Cet « accompagnement » serait tout à fait optionnel. Mais selon les devis reçus, rien n’est moins sûr. Bon, maintenant, on va aller un peu plus loin et expliquer les choses. Dans ces cas-là, on appelle les gens qu’il faut, notamment Jacques Maximin et Christophe Quantin.

Nous avons été alertés depuis hier par des candidats qui nous disaient : « Maintenant ils nous demandent 5000 euros pour passer le concours, dans ce cas je jette l’éponge ». Autant vous dire que depuis le temps que l’on soutient ce concours et que l’on pousse ceux qui le souhaitent à le tenter, cela nous a fait mal au cœur. Comme toujours, les choses ne sont pas aussi simples qu’une publication Facebook et il faut toujours creuser un peu pour se faire un avis construit sur la question. Nous avons donc passé quelques coups de fil à Jacques Maximin et Christophe Quantin.

« Le message urgent à faire passer »

Le plus important pour Jacques Maximin, c’est de rassurer les candidats : « Sachez que l’accompagnement du COET-MOF pour vous préparer au concours est optionnel. Vous pouvez très bien passer le concours sans rien ajouter aux frais d’inscription de 200 euros. » Oui mais, on a quand même un doute…

Et en effet, c’est écrit dans la procédure d’inscription sur le site officiel.

Ah, les raccourcis…

On va un peu plus loin et on explique. Beaucoup ont reçu des courriers (non signés) les alertant sur le fait que le COET « faisait payer le concours ».

« Ça y est, le COET envoie ses devis et nos craintes se confirment. Le concours est payant et son prix total tourne autour de 5000 euros. Or, le comité est loin d’agir légalement. De nombreux métiers ont décidé de résister et de ne pas payer. » (Courrier anonyme reçu par certains candidats). C’est un raccourci. 

Ce qui a changé

Dans son modèle économique actuel, le COET semble manquer d’argent pour financer les épreuves des 180 métiers. La réforme de l’apprentissage a impacté le concours puisque le titre diplômant de MOF est inscrit maintenant au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles), ce qui le rend éligible au financement d’une formation afin de s’y préparer. Un candidat salarié pourra activer son compte personnel de formation (CPF) pour bénéficier de temps nécessaire à l’épreuve. De plus, le COET souhaite dispenser des formations : le fait de proposer des préparations et accompagnements au concours pour les candidats serait un moyen complémentaire de remplir les caisses. Les candidats ont eu la possibilité de demander des devis au COET pour ces accompagnements qui peuvent être financés partiellement par leur OPCO(OPérateur de Compétences, organisme agréé par l’État chargé d’accompagner la formation professionnelle par branche.) 

Les fameux devis

Certains candidats ont donc demandé ces devis, ont reçu des propositions et les ont diffusées. Il apparait des paliers selon les étapes du concours, de la « journée de positionnement » (destinée à faire un diagnostic des besoins de formation) jusqu’aux « situations apprenantes » (limitées à 4 jours sur des aspects transversaux à l’utilité secondaire : gérer son stress, s’exprimer à l’oral, etc…) » (Courriers envoyés aux candidats par mail et signés : « Objectif MOF 2022 » et « Ambition MOF 2022 »).

Optionnel ou pas ?

C’est là toute la question : cet accompagnement du COET pour préparer au concours est-il vraiment en option ? Les devis reçus ressemblent à des factures et l’on est en droit de se poser des questions : les deux lignes qui rassurent sur le site veulent-elle dire « vous n’aurez rien d’autre à payer » ou plutôt « si vous ne passez pas par votre OPCO, vous pourrez régler ces frais d’inscription sur vos fonds propres ? »

De toute évidence, le flou persiste et nous avons besoin que la Société Nationale des MOF, qui est sur le pont sur ce sujet, nous éclaire dès qu’ils auront démêlé la situation.

Ceux qui jettent l’éponge, on va les rattraper par le col !

Le raccourci que l’on voit apparaître sur les réseaux sociaux est : « On a payé 200 euros et maintenant on nous demande 5000 pour continuer, je laisse tomber. » Depuis 24 heures, Maximin, Quantin, Roth, Joannes… sont tous interpellés par des candidats et suivent attentivement ce sujet. Jacques Maximin regrette que le COET n’ait pas été clair dans ce choix qu’ont les candidats de se faire accompagner ou non par l’organisme et demande au Cœur des Chefs de relayer son message et de faire apparaître clairement « ces deux petites lignes » qui expliquent sur leur site que c’est tout à fait optionnel. Mais sans clarification du COET, on ne pourra pas affirmer que ces accompagnements au concours soient véritablement en option.

Garder la transparence

Cela dit, certains des experts de ce concours nous rappellent que le COET a permis un vrai pas en avant sur la transparence du concours et l’égalité des chances à laquelle nos vice-présidents de la classe Cuisine tiennent énormément. Et si le COET n’est plus l’organisateur demain des concours qui tomberaient à la main de chaque branche professionnelle des 180 métiers pour les organiser, il est possible que l’exigence et la transparence aient du souci à se faire. Gardons ça en tête.

Mais ça coûte cher quand même…

Le fait de se lancer dans le MOF implique une implication personnelle mais aussi des coûts. Les anciens candidats vous diront que même si les frais d’inscription ne sont que de 200 euros, ils ont eu à débourser bien plus pour s’entraîner. « Il faut être conscient que le concours implique des dépenses personnelles que certains n’ont peut-être pas envisagées au départ », rappelle Jean-François Girardin (Président de la société national des MOF).

Conclusion ?

Comme souvent, le king a le mot de la fin : «Il y a des candidats qui n’ont pas du tout besoin de cet accompagnement, surtout ne jetez pas l’éponge et allez-y, foncez ! » encourage Jacques Maximin. Au COET de les rassurer en communiquant clairement et rapidement sur le process qu’ils ont choisi de mettre en oeuvre.

Pour vous remettre dans l’ambiance, plongez avec nous dans le MOF Cuisine 2018 au Touquet : Le Coeur des Chefs en immersion au Touquet

Les sujets du MOF Cuisine 2018 : Lieu jaune, lièvre et pavlova

N’en perdez plus une miette ! Abonnez-vous au magazine Le Cœur des Chefs… Rendez-vous ici !

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire