Accueil Chefs « Reinventing Mirazur », le film qui raconte l’année 2020 de Mauro Colagreco à Menton

« Reinventing Mirazur », le film qui raconte l’année 2020 de Mauro Colagreco à Menton

by Anne Garabedian

Des films de chefs, des documentaires qui nous permettent d’entrer dans leur cuisine, il y en a peu. Pour ce type de projet, il faut des fêlés un peu dans notre genre. Verane Frediani et Franck Rebière sont de ceux-là. Leur film « Reinventing Mirazur » sur Mauro Colagreco est particulièrement touchant et permet d’entrer dans la réflexion du chef qui décide, en plein confinement, de modifier ses menus en profondeur en les adaptant au calendrier lunaire.

La rareté des films de chefs

Depuis les Chefs’ Table de Netflix, nous n’avions plus de films de chefs, ou si peu. Mais cela s’explique facilement, car le gap entre le public passionné de gastronomie au point de se plonger dans ce type de documents, et le coût exorbitant de ces projets, (en budget de production et en budget temps), n’a aucune adéquation possible. Dans ces conditions, il faut des fêlés, (un peu dans le même genre que nous), pour se donner sans compter. 

Depuis « À la recherche des femmes-chefs »

Nous avions adoré le précédent film de Verane Frediani et Franck Rebière : « À la recherche des femmes chefs ». Même si le propos militant prenait tellement la lumière que la pure découverte de ces femmes d’exception nous paraissait du coup moins éblouissant, nous y avons tous fait des rencontres magiques, à travers l’écran, avec de magnifiques personnalités, et nous avons tous eu envie d’aller chez chacune d’entre elles. Le pari était gagné.

Comme une immersion du Cœur des Chefs

Leur dernier film, « Reinventing Mirazur », est de la même veine. On est dans l’humain et dans l’intime, dans le quotidien de Mauro Colagreco, de sa famille et de son équipe (deux termes qui fusionnent, ici). Un tel documentaire donne l’occasion de pénétrer dans la cuisine du chef. Il nous semble vivre un épisode de l’une de nos immersions. On est en face de lui, dans la vraie vie, on écoute et on observe. Quand on connait bien Mauro, on le retrouve tel qu’il est, impliqué et sensible, exigeant. En un mot : habité.

Priorité au spontané

On ne saisit pas tout de suite le fil rouge qui tient le film qui démarre au Japon et se termine à Menton. On comprend que l’équipe suit le chef argentin dans sa vie, pour saisir son rythme, sans forcément savoir au départ où tout ceci va mener : justement, personne ne sait, à ce moment-là, toutes les difficultés et les remises en question qui vont suivre à cause de la pandémie qui nous frappe en plein tournage.  Le montage donne donc la priorité au spontané et vibre « au moment ».

La renaissance du Mirazur

C’est sur sa dernière partie que le film trouve son sens, comme si le fil de la pelote se dénouait sous nos yeux.

Pendant le confinement, Mauro passe tout son temps au jardin. Son implication dans tout ce qui pousse autour de lui prend une dimension nouvelle, primordiale, qui modifie totalement son champ de vision. Il découvre l’importance de la lune pour le jardinier qu’il est devenu et décide de garder cette cohérence pour le restaurant : Il décide de s’inspirer du calendrier lunaire pour les menus et court annoncer la bonne nouvelle à sa femme, sa sœur et son équipe. (La tête de Florence, sa chef de cuisine, qui se souvient du moment où il lui annonce cette grande décision, vaut de l’or…)

Enfin, le restaurant ouvre à nouveau, l’équipe accueille avec joie les premiers clients qui découvrent une nouvelle voie : selon le jour de l’année, selon la position de la lune, un menu feuille, fleur, fruit ou racine. Mauro a réinventé son Mirazur.

« Mirazur, des étoiles à la lune », à découvrir sur Canal + (Doc. Gastronomie, France, 2021, 1h38, de Vérane Frédiani et Franck Ribière.)

Visuels : © Film « Reinventing Mirazur »

https://www.mirazur.fr

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire